lundi 27 janvier 2014

Des balises bluetooth (BLE) pour aimanter ses objets personnels en réseau social nomade


Plusieurs initiatives se lancent sur le marché des balises bluetooth en réseau ou réseau social BLE d'objets: des startups US avec les balises Tile  et  la solution bringgr , un constructeur en téléphonie mobile, Nokia, avec ses  Treasure Tags associées au Smartphone Lumia. Et en France, la société Ticatag  propose son porte-clé Ti'be en précommande sur la plateforme KissKissBank.[maj 11/03/2014] Toujours en France, la société Wistiki propose ses étiquettes WIST, financées sur la plateforme mymajorcompagny et soutenue par le groupe AXA. Cette solution se démarque notamment avec la fonctionnalité de "laisse électronique" ( si l'objet s'éloigne une alerte est émise).


Les treasures tags associés au smartphone Lumia de Nokia


 Le principe consiste à relier des objets personnels dans une sorte de micro-réseau social et nomade d'objets que l'on souhaite conserver à portée de soi et ne pas les oublier: clés, porte-document, bagages, vélo, pass, portefeuille, bonnet, poussette de son enfant, son doudou,... Mais aussi, à retrouver un de ces objets qui se sera écarté du cercle de vigilance (comme mon chat) et qui sera retrouvé par le maillage des balises BLE de mes pairs . Si tant est que ces derniers soient une multitude à utiliser ces balises... Une partie de la valeur ajoutée du service est immédiate, à savoir m'alerter quand je m'éloigne trop d'un objet taggé. Mais pour ce qui est de l'objet vélo "qui aura été emprunté" ou du chat qui se sera perdu, la masse critique d'utilisateurs est nécessaire pour profiter pleinement du service. Je suis donc tributaire des balises actives de mes pairs.
Balise BLE bringrr ( USA)
Pour que cet usage rencontre son marché en France, il faudrait une puissance de distribution forte pour atteindre une masse critique d'utilisateurs, sans laquelle je ne retrouverai pas mon chat ... et sans laquelle le prix des balises ne pourraient être revue à la baisse... (un jeu de 4 balises Tile se vend autour de 60 $, soit un petit plus de 40 euros). Il faudrait que de gros opérateurs s'associent pour financer ce genre de startup et s'engagent à diffuser/distribuer le produit et service. Un opérateur telco allié à un opérateur urbain pouvant se prévaloir d'une communauté de clients ou utilisateurs fidélisés (distributeur sportif, banque, transporteur, voyagiste ...).La démarche de Nokia avec ses Treasure tags, s'inscrit pleinement dans cette logique.
Balise Ti'be de Ticatag (France)
Balise Ti'be de Ticatag (France)
Ce nouvel usage du réseau social d'objets BLE peut être un formidable levier de présence pour les marques : je pense à des usages dans la santé, dans le sport et les loisirs avec le lifeblogging mais aussi dans les transports et tourisme.J'imagine bien la SNCF ou un Tour Operator proposer une nouvelle manière d'étiqueter ses affaires personnelles. Ou bien, Vinci ou Total distribuer une pochette de balises BLE aux couleurs de la marque pour ne rien perdre en cours de route, entre 2 aires d'autoroute... Mieux, un assureur (maj 11032014  : AXA semble s'y coller ) ou une banque sécurisant vos objets quotidien qui seuls à vos yeux ont de la valeur...
Balise BLE Tile ( USA)
De l'identité numérique à "l'identité phygitale" J'attend beaucoup de cet usage de réseau social d'objets qui s'aimantent à leur propriétaire ou utilisateur afin de ne pas les perdre ou au moins facilement les retrouver. Cela préfigure à terme l'extension de l'identité numérique dans un réseau d'objets intimes auquel on tient et qui nous caractérisent. Une identité phygitale qui pourrait être immuable ou éphémere en fonction du contexte dans lequel on déambule et selon les objets qui nous accompagnent. Il s'agirait de coupler des objets avec la personne porteuse de cette identité, dans un contexte et sur une durée... Créer des associations d'objets + personne, qui deviennent ensemble un micro système d'information nomade juste le temps du besoin, de l'usage ou au contraire Ad vitam æternam. On pourrait imaginer alors des comportements d'expression de soi, des jeux d'interaction dans l'aura mobile de l' écosystème d'objets de chacun. Cette identité phygitale va trouver des formes concrètes dans les années à venir, via ce type de solution et avec l'adoption progressive du wearable computing. Alors bien sur, si la technologie est neutre, l'usage ne l'est jamais : tout un chacun pourrait devenir le Big Brother de ses proches. On est bien prêt à le faire pour son chat, non ? En France, la société Ticatag  propose son porte-clé Ti'be en pré-commande sur la plateforme KissKissBank

Toujours en France, le Wist de Wistiki, startup incubée par l'EDHEC Business School et soutenu par AXA.
Enregistrer un commentaire